quels-metiers-pour-moi

Un système élitiste



De nos jours, les gens se hâtent à s’inscrire aux meilleures écoles pour obtenir les meilleurs diplômes possibles pour enfin avoir les meilleurs jobs. Dans un premier temps, l’accès aux meilleures écoles est généralement soit très cher, soit nécessite un parcours exemplaire et d’excellents résultats.

Ensuite, ce que ces gens-là omettent dans leur jugement, c’est que ce potentiel « meilleur » job n’est pas forcément fait pour eux.

Assurément, certains finissent par gagner cette compétition sans retenue mais dans quel but et à quel prix ? Si, au final, le résultat est d’être en mesure d’avoir autant d’argent jusqu’à ne plus savoir en faire et se mettre à des achats inutiles pour impressionner des gens qu’ils n’aiment même pas ; c’est bien décevant.

Cela finit par générer une population d’éternels insatisfaits matérialistes et superficiels, qui au final, regrettent de ‘ne pas avoir passé assez de temps avec leurs enfants’, ‘ne pas avoir eu le temps de développer une passion’, bref, ‘ne pas avoir vécu’

On nous répète souvent de choisir un métier qui nous passionne mais très peu de gens font ce choix-là.
Vous pouvez aussi découvrir pour quels métiers vous êtes déstiné . Vous pouvez aussi compter sur nous pour le bon déroulement de votre transition.

Des études ont montré que seulement 13% des employés dans le monde sont émotionnellement investis et heureux dans leur entreprise et que 65% des employés considèrent leur emploi comme un boulot qu’ils sont obligés de faire pour vivre.

Vous êtes victime de harcèlement moral, et ne comprenez pas pourquoi ? Il existe des explications psychologiques au harcèlement moral.

Il est important de prendre du recul par rapport aux normes sociales, aux attentes de votre famille, etc.

Certains notaires ou banquiers se reconvertissent dans le social, par besoin de donner un sens à leur travail ; se sentir utiles.

Bien sûr, on a besoin d’argent pour vivre ; mais souvent, l’argent est mis bien au-dessus de ce qu’il représente. Beaucoup de gens passent 70% de leur vie à faire un travail qui ne leur plait pas, et ont du mal à profiter de la vie les 30% du temps restant. L’argent a alors une faible valeur.

Ne tombez pas dans ce piège ; ne laissez pas votre entourage décider de ce qui est bon pour vous.

Prenez le temps de vous demander quelles activités vous avez réellement envie de faire ; et le fait de travailler deviendra un plaisir. Peu de personnes y parviennent, mais celles qui y parviennent se sentes épanouies. Avec l’âge ces personnes ont beaucoup moins de problème de santé que les autres.

Par exemple, des études récentes sur Alzheimer ont démontré la chose suivante :

  • Toutes les personnes atteintes d’Alzheimer avaient une certaine zone du cerveau activée,

  • D’autres personnes, qui avaient la même zone activée, ne déclenchaient cependant pas Alzheimer.

    Ce sont ces ‘autres’ personnes qui ont attiré l’attention des scientifiques. Ils ont alors trouvé un point commun à ces personnes : elles avaient toutes vécu une vie professionnelle qu’elles avaient choisi, avec beaucoup de conviction.


Le fait de faire un métier que vous aimez vous permettrait donc d’éviter de déclencher un jour Alzheimer.

Source : Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner, de Boris Cyrulnik, Pierre Bustany, Jean Michel Oughourlian, Christophe André, Thierry Janssen, Patrice Van Eersel.

Martine décide de reprendre sa vie professionnelle en main, à 52 ans

Martine, 52 ans est mère d’un fils de 24 ans, qui maintenant est indépendant et a quitté la maison familiale.
Elle a une situation professionnelle convenable, elle est assistante dans un cabinet d’avocat depuis plus de dix ans et s’entend très bien avec son chef.
Malgré ça elle n’est pas complètement épanouie dans son travail qui est trop plat et répétitif selon elle.
Mais grâce à son ancienneté, son salaire est bon, et puis à son âge elle ne s’imagine pas du tout changer de métier.
En plus de ça, ses horaires sont tranquilles et c’est un des éléments qui pour elle a son importance.

Mais le gros problème de Martine c’est ce sentiment de lassitude qui ne la quitte pas.

« Je sens une vraie usure, j’ai l’impression que le temps m’échappe. Parfois je pense à me reconvertir mais je ne me vois pas changer totalement de métier à mon âge. Je suis souvent fatiguée, je fais beaucoup moins d’activités (loisirs du week-end…) qu’auparavant. Et surtout je me sens moins utile à la maison maintenant que mon fils a quitté le foyer familial. »

Un jour elle parle de ses problèmes à sa sœur, cette dernière va entre autre lui conseiller de faire un bilan de compétences. Cette idée ne plaît pas beaucoup à Martine qui a de mauvais souvenirs comme de mauvais échos concernant ce type de bilans. Mais sa sœur insiste et réussit à la convaincre.

Martine se rend dans le centre de bilan de compétence le plus proche de chez elle.
Elle se fait accompagner par une consultante psychologue qui se charge de l’accompagner, à l’issue du bilan Martine est confortée dans son idée : elle ne va pas se reconvertir.
Elle perdrait son salaire, elle devrait se réinvestir dans des études et ça elle ne le veut pas.
Certes son travail ne l’épanouit pas complètement, mais il ne lui reste plus énormément de temps avant la retraite.
Cependant le bilan de compétences la déstabilise beaucoup car cela lui montre qu’elle était mal orientée depuis le début…
Mais il faut à présent rebondir, sa conseillère lui suggère de passer aux 4/5 et de profiter de la journée restante pour se lancer dans de nouvelles activités.

Sur le coup, Martine refuse l’idée qui lui paraît un peu difficile à mettre en place financièrement.
Mais l’idée fait son chemin et après des calculs Martine se rend compte qu’elle n’a pas besoin d’avoir une retraite pleine.
Elle se met donc au 4/5 ème pour avoir du temps pour enfin s’occuper d’elle. Elle utilise les résultats du test d’orientation pour se lancer dans de nouveaux projets pendant ce temps libre.

« Il arrive un âge où il est temps de s’occuper de soi et profiter pleinement de la vie, si on en a les moyens il est très important de prendre du temps pour les activités, les rencontres, les balades… Et même pour savoir dans quelles activités de loisir se lancer, un test est utile : il vous aide à voir ce qui vous plait vraiment et fait ressortir des types d’activités dans lesquelles vous n’avez plus qu’à vous lancer. »

Aller au début de l'article